vendredi 16 août 2013

Misanthropie

Se justifier et raisonner avec les nouvelles excuses,
Une génération désuée qui ne veut qu'une autre Muse,
Comme déesse et comme alibi pour s'adonner à la luxure,
Une raison suffisante pour justifier de se prendre le mur...

Il y a des échanges qui dérangent, des histoires synonymes de déboires,
Des pensées dérangeantes qui circulent et qui font croire,
Que tout est parfait malgré une humanité siphonnée,
Ne jamais espérer qu'un jour on sera hors de portée..

Et puisqu'on n'est pas synonyme d'espoir et de sourire,
Que l'on apporte que désillusion et la force de gémir,
Puisque nous sommes que des humains, des prototypes, des échecs,
Autant ne plus rien attendre et survivre comme des bêtes...

Abandonner le peu de vertu que l'on aurait pu conservé,
Obligé de respirer pour entendre des monstres parler,
Entendre ces horreurs jour après jour, continuer de désespérer,
Se contenter de souffrir et de crier jusqu'à se détruire la trachée...

C'est un fléau que d'être humain, malgré tout ce qu'on nous a baratiné,
"La vie est belle, vivez avec, profiter tant que vous respirez,
Aimez vous, adorez vous, aidez vous." Détruisez vous?
Ces tissus de conneries que l'on raconte dès qu'on tient sur nos genoux...

Je n'ai plus de force pour tenir debout face à tant de désastres humain,
Plus de patience, de conscience pour ne pas voir que je ne suis rien,
Il n'y a plus dans mes yeux que de la détresse et des illusions,
De la honte d'être "évolué" et de n'être qu'un amas de lésions...

Parce que je suis fatigué de vivre parmi ces putains d'humains,
Achevez-moi, ou isolez-moi, j'ai envie de vous tuer de mes propres mains...


Extrait de Noir D'Encre, paru en Décembre 2011.
Texte N°15/35 - Chapitre Unique : Quand La Folie Reine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire