dimanche 16 juin 2013

Rêve

S'éloigner encore de son but ultime, découvrir que rien n'est comparable à sa vie.
Oublier les restes de doute et les déchirures,
Passer à travers ces mers d'acide et cette solitude...
Regarder en cette âme comme une saveur,
Un Messie tant attendu, éclatant de douceur.
Il était temps que cela arrive et inonde mon cœur.

Le noir laisse place petit à petit à cette image idyllique,
Frêles offrandes que sont ces mois passés à souffrir,
Le retour parmi moi.
De la Reine des émois.

Fleurissent donc les entrailles disparues depuis des millénaires,
À rire, autant dire que ça revit sur cette Terre,
Et qu'encerclent ces joyaux de jouissance mes yeux de damné,
À trop recevoir, les questions émergent comme leurs pensées,
Il y a des jours extrêmes quant à leur originalité,
Aujourd'hui, je vois qu'en fait, les illusions peuvent encore exister.

Le noir laisse place petit à petit à cette image ironique,
Frêles offrandes que sont ces minutes passées à sourire,
Le retour parmi moi,
De la Reine des effrois.

Disparaît petit à petit une espérance de trop,
Le sentiment pendant quelques instants d'être le héros,
Cette âme se change petit à petit pour faire face au miroir,
Contemplant mon reflet déformé par le désespoir,
J'ai cru voir un espoir, dérisoire d'y croire encore une fois,
Pour constater que finalement, tout n'est qu'un rêve, il n'y aura pas de roi.



Extrait de Noir D'Encre, paru en Décembre 2011.
Texte N°01/35 - Chapitre Unique : Quand La Folie Reine

1 commentaire:

  1. Le noir est couleur au Portugal,
    mais parfois ici aussi.
    Cordialement

    RépondreSupprimer